Drishti Gombe

Si tu trouves que ce masque fait un peu peur, rassure-toi vite : le Drishti Gombe est ton ami.
Du moins c’est la croyance populaire en Inde, et notamment dans le sud du pays. En effet, ce masque est sensé chasser les esprits malveillants et protéger du mauvais oeil. On le retrouve accroché au-dessus des portes d’entrée des maisons, sur les bâtiments en construction (de peur qu’ils ne s’écroulent avant d’être finis), et sur presque tous les camions (très colorés par ailleurs). Alors si toi aussi t’as une Ferrari et que tu veux éviter qu’un passant jaloux ne te la raye par accès de vengeance malsaine, accroche vite ton Drishti Gombe sur ton pare-choc.

J’ai voulu te raconter son histoire à ce drôle de masque. Trouver d’où vient cette tradition, qui il représente exactement parmi les milliers de dieux et démons rattachés à l’Inde. Quelle présomption de ma part ! Hé oui, il y a un hic : pas de trace de son histoire à notre ami Drishti.
La toile virtuelle ne m’apportant pas de réponse, j’ai contacté d’éminents spécialistes de l’Asie du Sud-Est, chercheurs au Etats-Unis (j’te jure, c’est pas une blague). Nenni. Que dalle zéro patate comme dit ma mère. La tradition semble se perdre dans la nuit des temps.
Un contributeur d’Iségoria m’a informé que ses parents, Sri-Lankais, possédaient également un masque assez ressemblant, et ayant la même fonction. Il semblerait que les fameux masques de Bali aient eux aussi de grandes similitudes. Ceci pourrait s’expliquer par la forte influence passée des Hindous sur leur continent.
Il est possible que les Drishti Gombe soient inspirés de Narasimha, le dieu mi-homme mi-lion, chassant les démons. A moins qu’ils ne soient eux-même des représentations de démons…
En tous cas ce qui est sûr, c’est que malgré ses grandes dents et sa tronche en colère, il est sympa Drishti. Tu peux donc voir ce masque comme un gros toutou bienveillant et protecteur, un peu flippant pour les autres. Mais avec toi, il est gentil.

Parvati